Youtube Twitter LinkedIn Facebook
© Freepik
10 juillet 2020

Plan de relance des industries

France Industrie

Après 15 années de déclin, l’Industrie française avait retrouvé son souffle sur la période 2016-2019 qui a marqué un redémarrage et un début de réindustrialisation, avec un poids stabilisé autour de 12.4% du PIB marchand national.

Mais en 2020, la pandémie de Covid19 a marqué un brutal coup d’arrêt à cette dynamique productive qui commençait à s’accélérer, en frappant la France plus durement que ses voisins européens sur des secteurs où elle exerçait un leadership mondial (industries aéronautique, automobile), mettant à mal son tissu industriel de TPE-PMI-ETI sous-traitantes.

En raison du confinement sanitaire qui a mis le pays à l’arrêt pendant plusieurs mois, d’une reprise économique très variable selon les secteurs et très progressive, un choc industriel sans précédent a été enregistré en France où le risque d’un décrochement de l’industrie manufacturière sous le seuil critique de 10% du PIB menace l’ensemble de notre économie nationale.
Face à cette situation, France Industrie propose à l’Etat, aux Régions, aux industriels, et avec le soutien de la Commission européenne, d’engager un Plan de relance ambitieux pour notre Industrie, en fixant un double objectif : renforcer notre tissu industriel, et allouer des soutiens publics sur les enjeux-clés de l’avenir.

C’est un véritable programme de renaissance que France Industrie décrit ci-après avec les 6 propositions pour une Industrie forte, durable et compétitive pour maintenir ou rétablir ses positions stratégiques face à des compétiteurs qui réarment massivement leur économie, et malgré un contexte économique très dégradé où :

  • les industriels prévoient un déficit de 50 milliards d'euros d’investissement productif en 2020 et 2021
  • la France va enregistrer une baisse d’environ 10% de son PIB (vs 7% en Allemagne), une augmentation de sa dette de 20% (vs 12% en Allemagne), et déployer des plans de soutien qui s’élèvent à 2,4% du PIB (vs 5,8% en Allemagne).

Renaissance industrielle, car cette « industrie du monde d’après », nous la voulons résiliente, au service d’une croissance verte, riche de son capital humain et source de cohésion sociale.
Car cette Industrie du futur ne peut se concevoir qu’en réponse aux nouveaux besoins des consommateurs en matière de mobilité, d’alimentation, de sécurité, de santé ou de communications, et en accord avec leurs aspirations sociétales, légitimement plus exigeantes sur le plan de la responsabilité sociale et environnementale.
Réussir ce défi impose une vision partagée des enjeux et une mobilisation collective des acteurs économiques et sociaux alliant esprit de conquête, transformation numérique, transition écologique, innovation sociale et acceptation du progrès et de l’excellence technologique.

Mobilisation et efficacité collective seront les conditions nécessaires de l’amélioration de la compétitivité de la France pour en réduire progressivement le poids des charges et de la dette.

Sur le même sujet...