Youtube Twitter LinkedIn Facebook
8 avril 2020

Les mécaniciens, acteurs de la solidarité nationale

Dès le début de cette crise sanitaire sans précédent, les industries mécaniques, bataillons invisibles de l’économie, ont marqué leur solidarité avec ceux qui sont « au front » : le personnel soignant et tous ceux qui s’emploient à vaincre le Covid 19. Elles se sont aussi mobilisées pour maintenir leur activité économique et ainsi sauver à terme des emplois.

Réparties sur tout le territoire, les industries mécaniques ce sont 11 700 entreprises (90 % de PME) qui fournissent les équipements nécessaires à faire tourner toute notre économie : les pièces détachées, les composants, les machines, les équipements qui s’adressent à tous les autres secteurs.

La mobilisation des entreprises mécaniciennes a consisté en premier lieu à fabriquer ce dont les hôpitaux avaient le plus besoin -quitte à modifier la nature de leur production-, à assurer la maintenance des équipements sur sites -en dépit des mesures de confinement- et à faire don des matériels utiles aux personnels de santé.

Accélérer la production, s’adapter et innover pour soutenir l’effort de guerre

Parmi les industries mécaniques, il y a celles qui, en première ligne, produisent des dispositifs de santé et du matériel médical : elles répondent aujourd’hui à la demande exponentielle de sondes à usage unique pour aspirer les sécrétions bronchiques, d’accessoires de perfusion utilisés pour le branchement des patients, de pousse seringues utiles notamment au test de diagnostic Covid 19, de filtres respiratoires, de masques faciaux, d’aspirateurs de mucosités, d’ustensiles d’incubation, de dispositifs pour ventilation à pression positive continue d’aide respiratoire, liste non exhaustive.

Il y a aussi des entreprises qui fournissent les outils nécessaires à la production de ces matériels médicaux, comme cette entreprise qui a produit des roulements à billes destinés à un respirateur en cours de développement en moins de 24 heures ou cette autre qui a fourni des outils rotatifs en carbure de tungstène pour ses clients producteurs de produits d’hygiène (donc de première nécessité).

Dans cette course contre la montre, la mobilisation ne s’arrête pas à la production, car il faut aussi assurer le support nécessaire au fonctionnement des produits et des machines, mettre en place les conditions de sécurité maximale pour les interventions de ses collaborateurs, engagés pour la livraison, l’installation et la réparation de ses équipements critiques dans les établissements de santé.

Dans le domaine de l’énergie, les industriels équipementiers ont -afin d’assurer le bon fonctionnement des hôpitaux et des acteurs du système de santé mais aussi des services publics au sens large- poursuivi leur activité (avec toutes les difficultés que représentent la protection de leurs salariés) afin de ne pas compromettre la continuité d’approvisionnement.

Mais aussi jouer collectif…

Certaines entreprises ont aussi uni leurs efforts pour répondre avec plus d’efficacité et de rapidité aux besoins actuels. Ainsi cette coalition de plus de 150 entreprises et universités destinée à produire des écrans faciaux à l’aide d’imprimantes 3D. Ou encore ces 3 entreprises leaders dans le domaine du textile médical, mobilisées pour développer un nouveau prototype de masques barrières réutilisables. Plusieurs dizaines de milliers d’unités devraient sortir chaque jour de chaque usine.

Un autre industriel coordonne un groupe de travail avec de grands groupes pour livrer 10 000 respirateurs. Objectif : produire en 50 jours autant de respirateurs artificiels qu’en 3 ans.

Des initiatives à tous les niveaux suivent ce mouvement, comme ces étudiants venus en soutien pour produire des visières de protection avec les imprimantes 3D de leur école au profit des Hôpitaux de Paris.

Mettre à disposition et adapter leur outil de production pour venir en renfort

De très nombreuses entreprises ont pris l’initiative d’adapter leur outil de production pour fabriquer des masques de protection, des visières anti-projection, des filtres de stérilisation de masques en impression 3D, pour reconditionner du gel hydroalcoolique en éco-recharges, ou pour produire des plaques de plexiglas pour protéger les personnes exposées au public.

Un élan de solidarité général

Il ne faut pas oublier toutes les démarches de solidarité engagées par les entreprises qui font don de leurs masques, tabliers, blouses, gants aux cabinets médicaux, hôpitaux, Ehpad de leurs communes, ni les salariés eux-mêmes qui proposent leurs services pour produire ces équipements.

La solidarité se joue également inter-entreprises avec par exemple le soutien aux très petits fournisseurs en payant les factures d’avance, la mise en place d’une bourse d’entraide industrielle en ligne pour permettre la continuité de l’activité, la diffusion par la Fédération des listes des sites industriels ouverts pour ne pas bloquer le process de production, la création de groupes en ligne pour partager les bonnes pratiques.

 

Conscients du rôle essentiel qu’ils peuvent jouer pour endiguer cette pandémie, les industriels de la mécanique poursuivent leurs actions de soutien avec leurs 615 500 salariés qu’ils se doivent de protéger et leurs moyens de production qu’ils mettent au service des besoins de la collectivité.

 

En annexe, vous trouverez, plus détaillés, les exemples d’entreprises citées dans ce communiqué.

Sur le même sujet...