Youtube Twitter LinkedIn Facebook
© Freepik
20 juillet 2020

Note de conjoncture - Juillet 2020

Le climat des affaires en France reste très négatif au mois de juin 2020 même si l’indicateur synthétique qui le mesure se redresse. Ce redressement relatif est surtout lié au déconfinement car les carnets de commandes des entreprises restent très dégarnis. Le recul de la production mécanique atteint – 44,1 % en volume au mois d’avril 2020 par rapport à il y a un an. Cette baisse se poursuit aux mois de mai (- 37 %), juin (- 33.9 %), juillet (- 27,3 %) et août 2020 (- 22,1 %) selon le baromètre des industries mécaniques. Cette tendance fortement baissière est expliquée à la fois par l’évolution du marché intérieur et celle des exportations.

La diminution de la demande intérieure concerne les principaux marchés clients de la mécanique en France, notamment le secteur automobile, les équipementiers, le bâtiment et la voirie, les industries agroalimentaires et le secteur agricole, les industries ferroviaires, aéronautiques et navales, la construction électrique ainsi que certaines branches de la mécanique elle-même. La baisse du marché national s’est accompagnée d’un recul des importations en produits mécaniques. Selon les douanes françaises, la diminution des importations est de – 41,1 % au mois d’avril 2020 et – 32,5 % au mois de mai 2020 en glissement annuel. Les achats en provenance des pays membres de l’Union européenne se contractent de – 23,5 % au cours des cinq premiers mois de 2020 contre – 12,6 % pour les importations en provenance des pays tiers. Les perspectives liées au marché intérieur restent très négatives ; la faiblesse de la demande intérieure devrait encore se poursuivre à court terme.

Quant aux exportations, le recul est de – 21,3 % de janvier à mai 2020 : - 20,1 % au mois de mars 2020, - 41,8 % au mois d’avril 2020 et – 33,7 % au mois de mai 2020. Les expéditions vers les principaux pays clients suivent cette contraction globale : - 20,8 % sur l’Allemagne, - 22,3 % sur l’Italie, - 28,6 % sur l’Espagne, - 18,3 % sur la Belgique, - 24,5 % sur le Portugal, - 19 % sur la Pologne, - 20,6 % sur la République Tchèque et – 27,9 % sur la Roumanie, soit un recul de – 21,3 % vers l’ensemble des pays membres de l’Union européenne. La même baisse (- 21,3 %) est aussi enregistrée par les exportations à destination des pays tiers : - 27,6 % vers les Etats-Unis, - 26,6 % vers le Canada, - 28,7 % vers le Brésil, - 23,6 % vers l’Inde, - 25,7 % vers le Japon et – 14,1 % vers la Chine. La contraction de la demande étrangère devrait se poursuivre au cours des prochains mois selon l’enquête de tendance de juin 2020 réalisée auprès des entreprises mécaniciennes. Les opinions sur les carnets de commandes étrangers restent très dégradées.

Equipements de production et équipements mécaniques

Les facturations de cette famille d’équipement chutent de – 41 % au mois d’avril 2020. Cette baisse concerne toutes les catégories et les groupes de matériels à l’exception des machines pour le travail de caoutchouc ou des plastiques qui enregistrent une hausse. Les chutes les plus fortes sont enregistrées par la fabrication de matériel de levage et de manutention, la fabrication de fours et brûleurs, le machinisme agricole, les machines-outils et les matériels pour la construction. La faiblesse de la production mécanique est en phase avec le recul de l’activité des secteurs clients en France ainsi que la chute des dépenses d’investissement des entreprises.  La baisse de la production industrielle en 2020 est estimée par l’Association Française des Economistes d’Entreprise (Afede) à – 12 % en volume. Ce chiffrage résulte de l’agrégation de toutes les prévisions des principales Fédérations professionnelles. La baisse la plus forte devrait être enregistrée par les secteurs de l’automobile et de caoutchouc. A l’inverse, la parachimie-pharmacie pourrait être la seule branche à pouvoir tirer son épingle du jeu. Par ailleurs, le recul de l’investissement productif atteindrait – 27 % cette année selon l’Institut de prévisions Rexecode.

Composants et sous-ensembles intégrés

Les tendances des ventes de composants et de sous-ensembles intégrés suivent celles des équipements. La chute de la production est de – 40,3 % au mois d’avril 2020 en glissement annuel. Les catégories de composants les plus touchées sont la fabrication de moteurs et turbines et la fabrication d’équipements hydrauliques et pneumatiques. Cette tendance baissière devrait se poursuivre à court terme en suivant ainsi celle des équipements de production. Le taux d’utilisation des capacités de production reste encore à un niveau faible ; il est loin de retrouver le niveau d’avant la crise sanitaire coronavirus. Les opinions des industriels sur l’activité sont très réservées. Le solde d’opinion sur les carnets de commandes globaux et étrangers sont défavorables. Bien que les perspectives générales de production se redressent un peu dans l’enquête de juin 2020, le solde d’opinions des chefs d’entreprises mécaniciennes se trouve extrêmement bas dans le territoire négatif.

Pièces mécaniques issues de la sous-traitance

Les secteurs de la sous-traitance enregistrent la baisse des facturations la plus importante de la mécanique au mois d’avril 2020 car elle atteint – 55,9 % par rapport au même mois de l’année précédente. Toutes les branches sont affectées par cette forte dégradation : - 70,8 % pour fonderie, -74,1 % pour la forge-estampage, - 50,6 % pour le décolletage, - 53 % pour le découpage emboutissage, - 45 % pour le traitement et revêtement des métaux et – 53 % pour la mécanique industrielle. La chute de la production automobile, premier secteur client des constructeurs, en est la première cause. Les tendances devraient rester négatives pour les prochains mois. Les opinions des industriels sont très dégradées à la fois sur les carnets de commandes et sur l’activité.

Produits de grande consommation

La baisse de la production enregistrée au mois de mars 2020 (- 22,6 %) s’est amplifiée au mois d’avril 2020 (- 43 %). Les articles ménagers, la fabrication d’outillage et les petits articles métalliques constituent les branches les plus touchées par cette baisse de production. Les perspectives personnelles des fabricants restent à un niveau extrêmement bas ; l’activité continuerait de se contracter à court terme.

Au total, l’activité des industries mécaniques recule fortement au premier semestre 2020. Cette baisse de production, conséquences de la crise sanitaire COVID-19, devrait se poursuivre au troisième trimestre 2020. 

A télécharger

Note de conjoncture IM - Juillet 2020.pdf

Contact

Désiré RAHARIVOHITRA - 01 47 17 60 42 - DRAHARIVOHITRA@fimeca.org

Sur le même sujet...